Emily LOCKHART, Trouble vérité

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Nathalie Peronny 
Titre original : Genuine frauds, Delacorte Press, 2017. 
Gallimard Jeunesse, 2018
ISBN 2075093217 

Et si tout commençait… par la fin ?  

L’histoire de Jule West Williams commence… par la fin.
En effet, reine du roman à suspense, E. Lockhart mène son récit à l’envers, partant de l’avant-dernier chapitre pour finir par le premier, suivi du dernier chapitre en épilogue.
Renversant les codes de l’écriture, ce roman nous présente la jeune Julieta West Williams, dix-huit ans, qui est partie en voyage. Mais cette jeune fille à l’air charmant n’est pas ce qu’elle prétend être. A travers ses péripéties, le lecteur découvre peu à peu un personnage à la personnalité troublante, dont le caractère semble être créé de toutes pièces : « Jule répondit avec une intonation plus sophistiquée, celle que les Britanniques appellent “l’anglais BBC”» (p.10). Mais elle-même peine à savoir qui elle est : « elle ne savait même plus qui elle était réellement, si Jule existait encore ou si elle n’était plus qu’une série de personnages changeant selon le contexte. » (p.33).

Le roman commence dans un cadre idyllique, au Mexique. L’héroïne est partie en vacances et se prélasse au bord de la piscine d’un luxueux hôtel. Mais son repos est interrompu par l’arrivée de Noa, qui est « flic. Ou quelque chose dans ce goût-là. Forcément. » (p.20). Jule prend la fuite. La suite du récit est alors un enchaînement d’analepses, qui petit à petit, révèlent la part d’ombre de la jeune fille.  

Jule est orpheline, comme sa meilleure amie Imogen, qu’elle ne cesse de mentionner ; les parents de Jule sont morts dans des circonstances à la fois tragiques et mystérieuses, « étendus dans l’herbe, face contre terre. […] Ils baignent chacun dans une mare de sang noir. [Sa mère] a pris une balle dans la tête. […] [Son père] est mort, de toute évidence, mais il n’a guère que des blessures aux bras. Il a dû se vider de son sang. » (p.23). La mort de ses parents semble hanter Jule, qui cherche alors à devenir une femme forte et indépendante, s’entraînant aux arts martiaux, mais aussi aux arts du déguisement et du maquillage, à grands renforts de vidéos sur internet. Jule se forge des identités différentes selon le contexte, se faisant souvent passer pour Imogen…

Jule a rencontré Imogen, ou Immie, au lycée. Quelques années plus tard, elles se retrouvent sur une plage de Martha’s Vineyard, dans le Massachusetts, et renouent une amitié profonde. Jule fait tout pour ressembler à son amie, jusqu’à adopter la même coiffure, les mêmes expressions, bijoux, vêtements, elle « vivait exactement la vie d’Imogen » (p.109)… Après ces vacances, les deux jeunes filles se retrouvent seules à Culebra, où elles décident de passer quelques jours coupées du monde, leurs téléphones éteints. Mais à l’issue de ce voyage, Jule repart seule, Immie a disparu.  

Les pérégrinations de la jeune fille se poursuivent, celle-ci se rend à San Francisco, pour retrouver Brooke, une amie qu’Imogen et Jule ont en commun. La vérité commence alors à se dévoiler…  

L’héroïne, après son entrevue avec Brooke, part pour Londres, où elle s’installe dans l’appartement d’Imogen. Elle y reste pendant plusieurs semaines, jusqu’à ce que Forrest, l’ex petit ami d’Immie, vienne sonner à sa porte. Jule, incapable d’expliquer l’absence de son amie, lui ment. Mais quelques jours plus tard, elle retrouve une lettre : Imogen s’est suicidée, léguant toute sa fortune à sa seule amie : Jule. Abattus, les deux jeunes gens se soutiennent mutuellement, Jule accueille Forrest dans l’appartement.

Cependant, les circonstances de la mort d’Imogen restent troubles. S’est-elle réellement suicidée ? Était-elle partie en voyage, ou bien avait-elle disparu bien avant l’arrivée de Jule à Londres ?
Le lecteur découvre peu à peu les réponses à ces questions au cours des flash-backs des chapitres suivants.  

Mais l’épilogue sème de nouveau le doute : qui sont Jule et Imogen ? Quelle jeune fille a usurpé l’identité de l’autre ?  

Trouble vérité est un roman haletant, aux nombreuses questions sans réponse. Le lecteur apprend à aimer les personnages, mais au fur et à mesure où leurs terribles secrets sont dévoilés, la haine fait place à l’amour, et les héros deviennent détestables. Pourtant, on ne peut s’empêcher de défendre Jule, jeune fille à l’air perdu, qui ne cherche qu’à gagner l’amitié de la belle Imogen.  

Histoires d’amour, d’amitié, meurtres sanglants, mensonges et secrets sont au rendez-vous dans ce livre littéralement retournant, à l’écriture singulière et … troublante, dont le lecteur ne ressortira pas indemne.  

Clara Guilbot, 2A, Bibliothèques-Médiathèques, 2018-2019

Sources : 
LOCKHART, Emily

Biographie :

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : New York , le 13/09/1967
Après un doctorat en littérature anglaise du XIXe siècle, elle décide d’écrire elle-même, pour les enfants et adolescents. Elle publie une dizaine de livres sous son nom de plume (E. Lockhart), mais également quelques uns sous son vrai nom (Emily Jenkins), comme par exemple le roman The Secret life of Billie’s uncle Myron, qu’elle écrit à quatre mains avec son père, le dramaturge Len Jenkins.  .

Bibliographie non-exhaustive :


Alabaster et moi, Hachette romans, 2018.
Nous les menteurs, Gallimard jeunesse, 2015.
Le Journal de Ruby Olivier, vol.1, Casterman, 2013.