Littérature finlandaise

Arto PAASILINNA,  Le Lièvre de Vatanen 

Arto PAASILINNA,
Le Lièvre de Vatanen 

 Traduit du finnois par Anne Colin du Terrail.
Titre original : Jäniksen vuosi, éd. Weilin & Göös, 1975.
Denoël, « Et d’ailleurs », 1989.
ISBN 2-207-23584-X 

 

« Nous voilà bien”, dit l’homme au lièvre. Il en arrivait là : seul dans la forêt, en veston, par un soir d’été, tout simplement laissé pour compte. »  

 Un voyage sans fin 

 Un levraut, une voiture, et le destin fait le reste. Vatanen, journaliste blasé et peu fier de la vie qu’il mène, rentre en voiture avec son collègue photographe. Distraits, ils ne remarquent pas une petite tache blanche traverser la route et la percutent. Inconsciemment, Vatanen y découvre une issue pour fuir son quotidien en allant chercher le petit animal blessé afin de le soigner. Aussitôt fait, il le prend avec lui et plonge dans la nature.

Ainsi en profite-t-il, en brisant ses chaînes et coupant tout contact avec ses collègues, son travail, et sa femme qu’il déteste, pour découvrir ce que recèle son pays, toujours accompagné du lièvre dont il se porte garant. Les rencontres, les imprévus et les problèmes rencontrés vont l’aider à comprendre qui il veut être, et ce qu’il recherchait sans pouvoir y mettre des mots. Il se forgera un regard sur ce qui l’entoure, tout en s’attachant de plus en plus à ce petit animal. Ce levraut qui grandira le poussera à s’ouvrir aux autres et créer des liens qu’il ne soupçonnait pas : voyante, pêcheur, curé, plongeur avec qui il vivra de multiples expériences toutes plus insolites les unes que les autres. Il connaîtra des vies multiples en s’ouvrant à des métiers et des travaux qui l’aideront à apprendre la nature, à connaître les codes d’une vie libre en voyageur : bûcheron, chasseur d’ours… 

 On remarque alors un homme sensible, si différent de celui que l’on découvre qu’on ne peut que lire la suite pour savoir ce qu’il deviendra et quelle voie il choisira. Lui-même le reconnait et « se dit que la vie est pleine de surprises : il y a un mois encore, il était assis, morose, au bistrot du coin avec un verre de bière tiède et, maintenant, il était dans ce désert brûlant, enveloppé de fumée, le sac plein de poissons, la sueur aux fesses. » Il apprend également à exprimer ses émotions et le bonheur qu’il éprouve d’avoir changé de vie :

« Plutôt mille fois ici qu’à Helsinki”, sourit Vatanen à travers ses larmes.» 

 Une œuvre à plusieurs facettes 

  Cette histoire riche en événements provoqués par un accident n’en est pas moins critique et les personnages ne servent que de prétextes pour amener le lecteur à une réflexion sur certaines facettes de la société dans un style satirique et comique, qui vire néanmoins parfois au tragique. Entre abus de pouvoir, corruption, folie de certains personnages, en passant par un petit questionnement sur la religion, Vatanen découvre petit à petit tous ces visages, avec lesquels il passera autant de bons que de mauvais moments, l’amenant à sourire, rire, pleurer, paniquer, rager. Il atteindra enfin son but avec obstination, son lièvre faisant l’objet d’une grande convoitise en raison de sa rareté.
L’auteur propose donc une histoire à plusieurs facettes, dans laquelle toutes les émotions sont au rendez-vous, sans oublier une petite touche de suspens : comment va se passer le voyage de Vatanen ? L’animal et lui resteront-ils ensemble ?    

 C’est un bel apprentissage, une belle leçon de vie que l’on découvre entre ces lignes sur la manière de vivre en harmonie avec soi-même et ce qui nous entoure. Une manière de nous faire comprendre qu’il faut parfois nous questionner sur notre parcours, avant de trouver le courage de tourner la page, et d’écrire une nouvelle histoire, tout en rappelant que malgré les choix faits, les difficultés seront là. Mais si c’est pour être heureux et fier de notre évolution, alors cela n’a pas de prix, tout comme l’expriment les larmes et le sourire du protagoniste.   

 Arto Paasilinna, auteur de Suicide entre amis ou encore de La douce empoisonneuse, nous offre cette fois-ci un voyage au cœur de la Finlande à travers les yeux d’un voyageur. Tout en mêlant humour et satire dans une écriture aussi profonde que révélatrice, il mène avec brio cette histoire vraie avec un fond de magie. Une histoire à déguster qui donne matière à réfléchir. Poignante, elle marque une relation forte entre l’Homme et les animaux. 

 Charlotte du Boucher, 2A, Edition-Librairie, 2018-2019. 

 Sources
Site éditeur. (consulté le 30/09/18) 

 Biographie de l’auteur 

Nationalité : Finlandais 

Né le 20 Avril 1942 à Kittilä en Laponie 

A été bûcheron avant de devenir ouvrier. Il reprend finalement les études pour devenir journaliste au quotidien Lapin Kansa. 

Il est l’auteur d’une trentaine de romans traduits en vingt-sept langues. Il écrit aussi pour le cinéma, la radio et la télévision.  

 

Bibliographie
Le Lièvre de Vatanen, Denoël, 1989, 1994, 2002, 2006/ Gallimard Folio, 1993.
Le Meunier hurlant, Denoël, 1991, 2002/ Gallimard Folio, 1994.
Le Fils du Dieu de l’orage, Denoël, 1993/ Gallimard Folio, 1995.
La Forêt des renards pendus, Denoël, 1994/ Gallimard Folio, 1996.
Prisonniers du paradis, Denoël, 1996/ Gallimard Folio, 1998.
La Cavale du géomètre, Denoël, 1998/ Gallimard Folio, 2000. 

 Pour aller plus loin 
Deux adaptations du Lièvre de Vatanen :
L’année du lièvre (Réalisé par Risto Jarva en 1977) et Le lièvre de Vatanen (réalisé par Marc Rivière en 2006) 

 Livres sur un lien fort entre homme et animaux :
20 ans avec mon chat, Inaba Mayumi, éd. Philippe Picquier, 2014.
Le Lion, Joseph Kessel, Gallimard, 1958.
Le puma aux yeux d’émeraude, Jean-François Martin et Yves Clément, Nathan « Romans poche », 2005. 

 Livres sur le voyage :
Into the Wild, Jon Krakauer, 10-18, 2008.
Aani la bavarde, Bernard Emond, Hatier, 2007. 

 

Comments are Closed

Theme by Anders Norén