Littérature française

Erwan LARHER, Le livre que je ne voulais pas écrire

Erwan LARHER Le livre que je ne voulais pas écrire 

Quidam éditeur, 2017
ISBN 9782374910635 

Être au mauvais endroit, au mauvais moment  

 13 novembre 2015. Erwan, grand fan de rock se prépare à aller à un concert au Bataclan, les Eagles of death metaljouent ce soir sur cette scène mythique parisienne. Rien ne pouvait présager ce qui se passerait dans les heures à suivre, aucun signe de lhorreur qui allait s’établir dans tout Paris. Cest donc en fan insouciant que Erwan sy rend, prêà passer un bon moment, samuser, danser, vivre en fait. Le destin a fait que ce soir-là ses amis qui devaient laccompagner nont pas pu se joindre à lui. 

 « Tu es seul : les copains nont pas pu venir, Jeanne a préféré faire des fouettés et des jabs à son entrainement de boxe française. Tu apprendras plus tard que, chacune de leur côté (elles ne se connaissent pas), deux amies ont failli te faire la surprise de te rejoindre. » (p.25) 

 Lauteur va très vite entrer dans le vif du sujet, très vite il est dans le Bataclan, savourant ce concert quil attendait tant, puis limpensable arriva.  

 « À partir de là commence une histoire que je ne voulais pas raconter. » (p.27) 

Un roman qui n’était pas désiré  

 Ce livre ce nest pas seulement lhistoire dun homme qui sest trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Cest aussi lhistoire de ses amis, de sa famille, de personnes moins proches, dinconnus qui se sont unis face à lhorreur, mais aussi celle des assaillants. Les chapitres ne suivent pas une certaine chronologie, le passé et le présent mais aussi le futur se mélangent. Nous pouvons passer dun chapitre à lintérieur du Bataclan avec lauteur puis directement à un chapitre qui se passe des mois ou des semaines plus tard, voire des années avant. Dans son entourage on lui a fortement conseillé d’écrire ce livre, mais lui ne voulait pas, il ne savait pas pourquoi il l’écrirait ou comment l’écrire.  

 « Ce soir-là, tu nas rien fait qui mérite d’être su, connu, médité, relayé ou commenté par tes semblables ! Tu nas rien fait qui puisse être montré en exemple. Tu tes couché au sol, tu as pris une balle à bout portant, tu ten sors sans trop de dommages. Quel lien avec ton travail de romancier, avec tes livres ? »  (p.32) 

Petit à petit il va se laisser convaincre par lidée, essayer de lui donner une chance, mais rien nen sort, ou alors très difficilement. Il ne sait pas quel pronom employer, il ne sait pas comment l’écrire. Alors il le laisse de côté. Un jour lidée lui est venue et il a écrit ce livre. Cest aussi un des sujets clés de son livre : comment l’écrivain peut-il se réapproprier les mots dans une situation aussi grave et dévastatrice ? Il l’évoquera dans de nombreux chapitres : comment il a écrit et à quel point c’était difficile.  

Pour le processus de rédaction de son livre il demanda aux personnes de son entourage, proches ou moins proches, de lui envoyer un texte sur le ressenti des évènements. Il va incorporer ces récits au sien. Ses écrits, mêlés aux émotions de ceux quil connait, font naître un texte puissant, poignant, et aussi parfois difficile. Dans ce livre il montre que linimaginable ne sest pas seulement produit dans les lieux concernés mais partout. Qu’on fusse chez soi ou chez des amis, la vie sest suspendue à ce moment-là. Cette vie a été dominée par la peur, la colère, la tristesse, et surtout linquiétude.  

« Entre 22 heures et 4 heures du matin, en attendant des nouvelles dErwan, des milliers de pensées m’ont – naturellement – assaillie. Celles qui devaient être partagées lont été avec Bertrand. Les espoirs et les terreurs. La seule qui nait pas franchi ma bouche est celle qui aurait ou devenir la scène de la dernière foisles derniers mots. Elle ma grignotée toute la nuit. » (p.203) 

 Parfois les mots sont durs à lire, surtout lorsque lauteur se met dans la tête des terroristes qui lui ont tiré dessus, essayant de comprendre comment ils ont pu agir comme ça, et ce qui se passait dans leur tête à deux moments clés : dans la voiture avant dentrer et une foià lintérieur commençant à tirer sur leurs victimes.  

 « Tu as peur. Tu voudrais ouvrir la portière et tenfuir. La mort nest plus un mot. [] Tu as peur. Tu ne peux plus reculer. Tu tes embringué dans une impasse. Tu le regrettes. Éfrit prie à côté de toi, les yeux mi-clos, en silence mais ses lèvre bougent. » (p. 48) 

Ce roman qui aborde des sujets très réalistes fait appel à une part de fiction qui donne une tout autre dimension aux mots de lauteur. Par ces pensées fictives, lauteur rend une certaine humanité aux terroristes. Les lecteurs se retrouvent alors confrontéà un récit quils n’étaient peut-être pas prêts à entendre : ces hommes ont eux aussi été des Hommes avant d’être confondus avec des bêtes. Mais lauteur se confronte aussi lui-même à ses assaillants  

 « Est-ce quon aurait pu être potes, toi et moi ? Jouer au foot ou boire des coups ensemble ? » (p.48) 

 Ce roman est un livre tellement poignant, réel, quil en devient un ouvrage essentiel. Lauteur a su donner à un moment dhorreur une toute nouvelle dimension : celle de lamour et du pardon, savoir aller de lavant, vivre de nouveau, apprendre de nouveau à aimer la vie.  

Margot Lull, 2A, Edition-Librairie, 2018-2019 

Sources : 

 Site de l’auteur  [consulté le 18/11/18] 

 Biographie : 

  Nationalité : française 

 

Né à : Clermont-Ferrand (1970). 

Il arrête sa carrière dans le marketing musical quelques années plus tard pour se consacrer à l’écriture. Lors des évènements du 13 novembre 2015, Erwan Larher était en train d’écrire son roman Marguerite naime pas ses fesses. Roman quil finira de corriger sur son lit dhôpital après les attentats.  

Bibliographie :  

Marguerite naime pas ses fesses, Quidam éditeur, 2016
Entre toutes les femmes, Plon, 2015 
Labandon du mâle en milieu hostile, Plon, 2013 
Autogenèse, Michalon Éditions, 2012
Quavez-vous fait de moi ? Michalon Éditions, 2010 

 Pour aller plus loin :  

 Sur l’auteur et son livre :  

 Sur les évènements du 13 Novembre :  

« 13 novembre : Fluctuat Nec Mergitur »mini-série documentaire, Netflix, création de Jules Naudet et Gédéon Naudet. 

Comments are Closed

Theme by Anders Norén