Littérature française

Bertrand CRAPEZ, L’Héritier du roi Arthur

Bertrand Crapez, L’héritier du roi Arthur

Edition Zinedi, 2016
ISBN 2848591455

Épopée inédite et légendes séculaires

La légende arthurienne est de celle inscrite depuis la nuit des temps dans notre culture littéraire. On ne compte plus le nombre d’auteurs voulant redonner vie aux récits de la Table Ronde. De Chrétien de Troyes à Marion Zimmer Bradley en passant par René Barjavel, Bertrand Crapez s’inscrit à son tour dans la lignée des écrivains que ce mythe fait fantasmer, en proposant non pas une énième version, mais en imaginant ce qu’aurait pu être l’avenir du royaume de Logres.

« Voilà donc ce qu’était devenu le légendaire roi Arthur ? … Un fantôme, pâle, amaigri, flottant dans des vêtements bien larges pour sa faible carcasse. Lui qui avait été le champion des Anciens, légitime détenteur d’Excalibur, l’Épée née dans les forges d’Avalon, il semblait écrasé par une charge trop lourde. La fatigue qui se lisait sur ses traits tirés n’était pas de celles qui s’effacent avec le sommeil, et tout son être dégageait une tristesse et un accablement qui auraient ému le cœur le plus dur. » (p.31).

En dressant le portrait d’une époque révolue, l’auteur surprend par l’angle d’approche. La légende n’est-elle pas censée faire rêver ? L’auteur l’utilise alors comme toile de fond, tout en la respectant, pour broder une aventure inédite, celle de Kadfael, fils de Perceval et Mélusine.

Témoin impuissant de la chute du roi Arthur provoquée par Galaad (fils de Lancelot et de la fée Viviane), Kadfael se promet de venger son roi et de reforger Excalibur « qui explosa littéralement dans une gerbe de couleurs » (p.36) lors du régicide. Nous assistons dès lors à la naissance d’un héros et à la chute d’un autre, car Galaad est, dans d’autres récits, présenté comme détenteur du Graal. Mais comme dans toute quête qui se respecte, celui-ci ne sera pas seul. Accompagné de son vieux maître Merlin, de la mystérieuse fée Adélice, et d’un nain bougon nommé Dargo, Kadfael essaiera tant bien que mal de tenir sa promesse, alors que vikings, trolls, dragons, sluaghs ou banshees, à la solde du chevalier félon, feront leur possible pour l’éloigner de son but. Durant cette épopée, nos héros croiseront la route de personnages mythiques tels que Yvain le chevalier au lion, Gauvain ou encore la fée Morgane, pour le plus grand plaisir des lecteurs.

Mais comment mélanger les récits des chevaliers de la Table Ronde, de la mythologie scandinaves et des légendes celtiques sans donner l’impression d’un étalage de contes plus qu’une histoire cohérente ? Par l’astuce d’apparier un mythe à un personnage, et par l’attention particulière accordée aux interactions inter-personnages, l’auteur nous fait croire que ces figures sont toutes issues d’un seul et même folklore. C’est ainsi qu’il nous paraît tout à fait concevable que Galaad possède le Mjöllir (marteau de Thor) ou que Kadfael croise la route d’un djinn (génie, esprit magique des fables orientales).

Ce roman, qualifié de « nouveau monde de fantasy » par les éditions Zinédi est truffé de références à des classiques de cette littérature. Au fil des pages, on perçoit l’influence de la « culture geek » dont l’auteur se revendique lui même passionné, en « honnête homme du 20ème siècle » qu’il est. On ne peut que sourire en retrouvant Galaad s’apparentant au fameux Roi de la nuit de George R.R. Martin, son armée étant composée d’hommes aux « globes oculaires entièrement bleus, sans vie, sans âme » (p.15). Ou encore la fameuse phrase « NON ! […] vous ne passerez pas !» (p.28) du célèbre magicien de J.R.R. Tolkien, cette fois ci reprise par Merlin. Nous pardonnons alors facilement ce qui pourrait être considéré comme du plagiat. C’est un hommage évident à ces grands écrivains d’héroïc fantasy, et après tout, Gandalf n’est-il pas le lointain cousin de Merlin ?

Grâce à des descriptions développées, n’interrompant pas le récit, l’auteur provoque des images fortes. Nous devenons alors spectateurs des événements qui s’y déroulent plutôt que lecteurs. On retiendra particulièrement celle du combat de Merlin lorsque « Ses yeux s’allumèrent alors comme un brasier sous le vent, lançant des flammes de sang et or. […] Des milliers de cendres incandescentes retombaient sur le magicien et les fées maudites. ». De plus, des phrases brèves, une touche d’humour, un rythme soutenu et des multiples rebondissements achèvent de nous convaincre, et le lecteur ne pourra s’empêcher de courir jusqu’à la dernière page.

Le récit, initialement écrit pour son fils et constitué de 30 pages, doit être considéré comme une belle porte pour (re)découvrir ces mythes que nous connaissons tous.

Quand au pari de ce professeur de français de vouloir intéresser les jeunes à la littérature, il est largement remporté. Ce premier roman, que nous proposent les éditions Zinédi est une véritable réussite. Il a été écrit et pensé pour les adolescents, par quelqu’un qui les connaît bien. Et c’est avec hâte que petits et grands se précipiteront pour lire les autres tomes des Chroniques des prophéties oubliés.

Manon Cuillerdier, AS Bibliothèque – Médiathèque, 2019/2020

Sources :
Pour la biographie de l’auteur : site des éditions Zinedi

Biographie de l’auteur :

Nationalité : Française
Né à Lille, en 1973.

Professeur de français en collège depuis 20 ans, il a appris à connaître les goûts des adolescents en matière de lecture. Ses goûts éclectiques en matière de divertissement font de lui un honnête homme du 20ème siècle communément appelé « geek ». Il est membre de la Charte des auteur et des illustrateurs jeunesse.

Bibliographie non exhaustive :

Chroniques des prophéties oubliées
Tome 1 – L’héritier du roi Arthur, 2016, prix 2017 de la ville de Somain, catégorie adulte ; prix 2018 de la Plume d’or Imaginaire des lecteurs de Plume libre ; Prix de Minuit décerné par les élèves du collège Albert Schweitzer de La Bassée
Tome 2 – L’héritier de l’Atlantide, 2017
Tome 3 – L’héritier d’Asgard, 2018

Pour aller plus loin :

Pour (re)découvrir la légende d’Arthur :

Perceval ou le Conte du Graal, Chrétien de Troyes, XIIème siècle , Éditions Gallimard, Collection Folio classique.

Yvain ou le chevalier au lion, Chrétien de Troyes, XIIème siècle, Éditions Gallimard, Collection Folio classique.

Le Roman de l’histoire du Graal, Robert de Boron, XIIème siècle, Éditions Honoré Champion.

Quelques textes modernes :

Les Dames du lac, Marion Zimmer Bradley, 1986, Éditions Pygmalion

L’Enchanteur, René Barjavel, 1984, Éditions Denoël.

Le Pas de Merlin, Jean-Louis Fetjaine, 2002, Éditions Belfond

Quelques films et séries  :

Excalibur, John Boorman, 1981

Le roi Arthur : la légende d’Excalibur, Guy Ritchie, 2017

Kaamelott, Alexandre Astier, 2005-2009

Comments are Closed

Theme by Anders Norén